Une bouffée d'oxygène

Une bouffée d'oxygène

Vernon : un bel exemple de ville « connectée » à ses habitants

N’échappant pas au tourbillon de la révolution numérique qui s’opère actuellement, bon nombre de collectivités font le choix d’adhérer aux nouvelles technologies et à leurs modes de communication. Un défi qui soulève certaines compétences, et requiert une réelle implication des équipes municipales, au regard du temps investi. Même si le débat reste ouvert, il me semble que cet engagement de la part des élus est une véritable aubaine pour les habitants de ces nouvelles villes interactives. Tout un chacun peut dès lors bénéficier d’informations quasiment en temps réel, tant sur les travaux en cours que sur les changements d’horaires de services publics (poste, écoles etc.) et les démarches administratives. Mais plus encore, cette contribution au dialogue numérique donne une nouvelle voix au public. Les habitants peuvent réagir, interagir avec l’équipe qu’ils ont élu, ou débattre avec leurs concitoyens. En donnant ainsi la parole à leurs électeurs, les élus deviennent des personnages accessibles et prennent le risque de s’exposer, que les retombées soient positives ou négatives. A mon sens, quelle que soit notre fonction, toute exposition au grand public demande une certaine dose de courage. Or, dans le cas présent, la seule motivation identifiable de cette prise de risque est de comprendre et servir au mieux les besoins réels de ceux qui donnent corps à une commune : ses habitants.

 

photblog2.jpg

 

photblog1.jpg
 

 

Et lorsqu’il est question de ville dynamique, interactive, il y en a une qui se démarque : Vernon, une commune de près de 25 000 habitants établie dans le département de l’Eure, au bord de la Seine, à proximité de la capitale et jouxtant la belle ville impressionniste qu’est Giverny. Alors, certes, elle bénéficie d’un environnement, d’un héritage culturel et d’un patrimoine historique qui la rendent riche à plus d’un titre. Mais s’il n’est pas exploité, ce potentiel n’est rien. Et c’est là où l’équipe municipale entre en jeu, orchestrée avec intelligence par le binôme composé par Mr François Ouzilleau, maire de Vernon, et Mr Sébastien Lecornu, président du Département de l’Eure.

 

Aujourd’hui, Vernon, c’est les bords de Seine, les façades normandes du centre-ville, le Vieux-moulin en suspens au-dessus de l’eau, mais c’est aussi des associations sur le qui-vive et un programme d’activités culturelles continu, qui satisfait à toutes les générations et à tous les goûts. Se succèdent ainsi dans les multiples aires culturelles (Espace Philippe-Auguste, Centre culturel de Saint-Marcel etc.) des expositions, des conférences, des projections cinématographiques, des représentations théâtrales, des one-man show. Côté théâtre, les classiques côtoient d’autres œuvres, à l’instar de la comédie de Bénabar et Hector Cabello « Je vous écoute ». Courant janvier, le théâtre Saint-Marcel accueillera l’incontournable Jean-Luc Lemoine et, courant février, l’humoriste belge Nawell Madani. Côté musique, outre Lambert Wilson qui pousse la chansonnette en reprenant Yves Montand, sera également proposé un concert de Sinclair.

 

Effervescence culturelle donc, mais pas seulement. Vernon, c’est aussi une ville qui se distingue par la volonté d’être de plus en plus proche, de plus en plus à l’écoute de ses habitants. En témoignent les multiples empreintes de la ville apposées sur des supports papiers et digitaux. Lors d’une simple balade dans les rues vernonnaises, à l’approche des enseignes, vous pouvez ainsi vous procurer un exemplaire de Vernon Direct, magazine papier dont la maquette illustrée et moderne reflète la qualité du contenu. Si vous n’avez pas eu votre exemplaire, nulle inquiétude, vous pouvez télécharger gratuitement le numéro désiré depuis le site Internet dévolu au magazine (www.vernon-direct.fr).

La mairie a, elle aussi, soigné sa devanture Internet, grâce à laquelle certaines démarches sont désormais facilitées. En créant un « compte Citoyen », vous pouvez poser des questions d’ordre administratif ou autre, demander un rendez-vous avec un élu etc.

 

Alors que nous passons de plus en plus de temps les yeux rivés sur notre portable, là où tout se passe désormais, là où tout défile en un instant, on peut désormais suivre l’actualité de la ville presque en temps réel depuis ses comptes Twitter et Facebook. Si l’on a ainsi pu assister via les réseaux sociaux aux beaux moments de l’inauguration du Village de Noël au gré de photos et de vidéos, on s’informe également sur des signatures et partenariats entre élus qui ouvriront des budgets à la ville. Bien d’autres informations circulent, pourvu qu’elles servent l’intérêt des vernonnais. En ce 12 janvier, la mairie vernonnaise a relayé sur sa page Facebook le bulletin vigilance de Météo France, en raison de conditions climatiques défavorables à venir. Enfin, une invitation a été lancée pour prendre part aux vœux de nouvelle année le 28 janvier prochain, en présence des élus de la ville de Vernon et de Seine Normandie Agglomération. La vie exclusivement numérique n’est certes pas souhaitable, mais il faut reconnaître, qu’employée avec intelligence et justement dosée, elle rend de réels services. Derrière ce flot d’informations, se cachent les petites mains de l’équipe municipale qui, à toute heure, suivent chaque évènement pour en assurer le relais. Et si le temps passé devant nos écrans de smartphones est chronophage, il l’est plus encore pour ceux qui les alimentent.

 

Les exemples d’innovations digitales au service des collectivités sont nombreux. Vernon a ainsi été la première ville de France à utiliser l’application OPnGO (www.opngo.com) à la fois pour la gestion des parkings et la voirie. Outre un paiement facilité aux parcmètres, celle-ci indique les parkings et places de stationnement en voirie situées à proximité de la destination demandée. Elle permet également de prolonger son temps de stationnement à distance.

L’application Fluicity, non spécifique à la ville de Vernon, est une autre trouvaille numérique. Application « participative », et le terme a son importance, elle informe au quotidien, et permet aux vernonnais de poser des questions et de débattre de sujets qui les concernent. Vernon a notamment eu recours à Fluicity pour initier un débat sur l’aménagement des berges de la Seine. Chaque numéro de Vernon Direct, le magazine consacré à la ville, se compose d’une tribune par le biais de laquelle l’équipe municipale répond à une question soulevée par un citoyen via l’application. A Vernon, on estime que plus de 1 500 personnes utilisent actuellement Fluicity. Les associations y ont également droit de cité, en se créant un compte dédié.

Cet aspect participatif gagne en puissance, comme l’atteste le groupe Facebook intitulé « Pokédéchets Go Vernon » (rebaptisé Zéro Déch’), en référence à l’application Pokémon Go. Initiative exclusivement citoyenne réunissant à ce jour 95 membres, ce groupe organise chaque semaine des opérations de ramassage de déchets. 

 

On le voit ; cette interactivité ne se fait pas au détriment de la vie quotidienne de la ville, bien au contraire, mais s’en veut le reflet. Si Vernon illustre à merveille cette nouvelle dynamique, la ville s’inscrit dans une vague qui prend de l’ampleur, répondant à un besoin d’action face à l’inertie et l’enlisement caractéristiques des périodes de crise. Et les internautes qui prennent la parole grâce à ce nouveau moyen d’expression n’ont pas toujours conscience de la faveur qui leur est faite. Oui, la liberté d’expression est un droit des plus basiques. Encore faut-il qu’il y ait quelqu’un pour écouter. En nous donnant la parole, nos élus nous offrent la possibilité de prendre part au changement, de manière à ce qu’il puisse répondre, au moins en partie, à nos attentes.

 

Cécile Cassier

Photo© Cécile Cassier



12/01/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres